Posts tagged "ronflements"

L'apnée du sommeil, qu'est-ce que c'est ?

L'apnée du sommeil, qu'est-ce que c'est ?

Il est de plus en plus fréquent d'entendre parler de ce que l'on appelle "l'apnée du sommeil". Bien que ce terme se suffise à lui-même, il peut être intéressant d'en savoir davantage sur le sujet. En France, aujourd'hui, 5 à 15% de la population souffrent de ce trouble et souhaitent obtenir de véritables réponses afin de contrer ce syndrome et retrouver un sommeil réparateur. Focus sur les différentes caractéristiques de ce trouble respiratoire. 

Qu'est-ce que l'apnée du sommeil ? 

Dans ses grandes lignes, l'apnée du sommeil se résume à un trouble respiratoire survenant durant le sommeil, comme son nom l'indique. Ce syndrome se définit tel un arrêt respiratoire ou pause respiratoire ayant une durée moyenne de 10 à 30 secondes. Certaines personnes peuvent souffrir de pauses plus longues à raison de 10 fois par heure au minimum, mettant à mal leur repos. Ces arrêts répétés provoquent alors un état de fatigue constant chez la personne impliquée, altérant ainsi considérablement sa qualité de vie. Cette dernière ne profite alors que de micro-sommeils, devant récupérer toutes les conditions propices à un nouvel endormissement. 

Il existe trois types d'apnée du sommeil : 

  • L'apnée-hypopnée obstructive du sommeil : appelée également SAOS "Syndrome d'apnée obstructive du sommeil", cette apnée résulte d'une obstruction mécanique partielle ou totale des voies respiratoires ;
  • L'apnée centrale du sommeil : résultant d'un dysfonctionnement de la commande respiratoire de type cérébral ;
  • L'apnée mixte : trouble de la respiration associant les deux formes précédentes.

Les signes évocateurs 

Il n'est pas toujours simple d'auto-diagnostiquer ce syndrome. La plupart du temps, nous prenons conscience de ce dernier lorsque nos proches nous en informent. Ils font face au cours de la nuit, à des phases de ronflements intensifs, suivies d'une pause dont la durée a de quoi troubler le conjoint. L'apnée du sommeil provoque chez le patient des sensations d'étouffement engendrant un sommeil agité. Parmi les principaux symptômes provoqués par ce trouble, nous retrouvons ces derniers : 

  • Des ronflements, une respiration haletante ;
  • Des difficultés de concentration ou de mémorisation ;
  • Une sensation de fatigue perpétuelle accompagnée d'une bouche sèche et de maux de tête ;
  • Un manque d'énergie notable, et une somnolence régulière ;
  • Une irritabilité et une baisse de la libido.

Les facteurs de risque

Le syndrome d'apnée du sommeil représente un trouble significatif. En fonction des caractéristiques d'un individu, le risque s'accroît. 

  • Le genre : avant 60 ans, les apnées du sommeil surviennent principalement chez la gente masculine. Les hommes sont, en effet, deux fois plus touchés que les femmes.
  • L'âge : il constitue le principal facteur de risque. Le vieillissement est associé à une perte de souplesse des voies respiratoires.
  • Le surpoids : lorsque l'on s'attarde sur ce facteur, précisons qu'il s'agit particulièrement des personnes souffrant d'obésité. Dans une telle situation, le dépôt graisseux s'installe le long du pharynx, provoquant une obstruction des voies respiratoires.
  • D'autres troubles tels que le diabète de type 2 (non insulino-dépendants)

D'autres éléments peuvent également être pris en considération parmi les facteurs de risque. Nous parlerons alors de choses plus communes telles que la consommation d’alcool, les habitudes nocturnes (dormir sur le dos), des particularités anatomiques, la prise de certains médicaments, ou encore, une hypertension artérielle. Moins fréquemment, la ménopause ou la grossesse peuvent représenter un risque d'apnée obstructive du sommeil. Certains enfants peuvent également en souffrir.

Quand consulter devient une priorité

Prendre conscience de ce trouble est d'une grande importance pour les patients. En effet, ce trouble respiratoire les expose à un risque accru de maladies cardiovasculaires. Si tel est votre cas, si la question d'une potentielle apnée du sommeil vous tourmente, n'hésitez pas à consulter votre médecin qui saura vous orienter vers un spécialiste du sommeil.

Le premier diagnostic réalisable par soi-même consiste à passer un test en utilisant ce que l'on appelle l'échelle de somnolence d'Epworth. En répondant aux huit situations données, vous obtiendrez votre score de somnolence, et en fonction de ce dernier, vous pourrez vous faire une première idée de l'importance de votre état. 

Selon votre résultat et selon les dires de vos proches, prenez rendez-vous dès que possible avec votre médecin. Celui-ci vous dirigera vers un centre spécialisé dans l'étude du sommeil, afin de passer un examen appelé "polysomnographie". Cela aura pour but de définir les différentes phases de sommeil, de détecter les apnées et évaluer leur gravité. 

Des traitements préconisés

Si le patient est en surpoids, le tout premier point sera de perdre quelques kilos, ce qui aura pour effet de réduire la durée des apnées du sommeil. S'il n'existe pas de solutions miracles à cette pause respiratoire, certains dispositifs ont été mis en place afin d'apporter davantage de confort aux personnes concernées.

A ce jour, le traitement affichant les meilleurs résultats n'est autre que l'appareil à pression positive continue, l'APPC. Bien que son efficacité fut prouvée à plusieurs reprises, l'APPC s'acquiert à un certain budget pouvant pousser certaines personnes à renoncer à ce dernier. Pour un soulagement des plus appréciables et une économie considérable, vous pouvez vous orienter vers l'orthèse proposée par Nastent. Il vous suffira alors de l'insérer dans votre nez au moment du coucher. Ce tube en silicone fera preuve d'une grande discrétion et maintiendra une respiration régulière empêchant ainsi l'obstruction des voies aériennes.

D'autres options vous seront proposées en fonction de la gravité de votre syndrome. Citons parmi ces derniers, la thérapie positionnelle, les orthèses mandibulaires, ou d'autres exercices visant à renforcer les muscles de votre cou et de votre gorge. Quelques interventions chirurgicales peuvent également être envisagées, cependant les succès de ces dernières restent encore mitigés à ce jour. 

%3Cp%3EChoisissez+le+Starter+kit+correspondant+%26agrave%3B+la+narine+avec+laquelle+vous+respirez+le+mieux%3C%2Fp%3E

Choisissez le Starter kit correspondant à la narine avec laquelle vous respirez le mieux